ESS Forum International | 24 avril, 2017

Langues

  • English
  • Français
  • Español

L'initiative de la semaine #28 !

Mélanie Luchtens | 5 octobre, 2016

Villa El Salvador

Pérou

 

 

Communauté urbaine autogérée
Nombre d’habitants : 300 000

Le Pérou, dans les années 1960 et 1970, subit une forte pression démographique causée par la migration massive de paysans vers la ville. Pour tenter de résoudre le problème du manque d’espace, le gouvernement Velasco choisit de créer une ville, près de Lima, pour relocaliser les plus pauvres. Beaucoup d’ONG, de groupes religieux et de militants politiques s’y sont impliqués pour offrir de la formation aux habitants, urbaniser la ville et obtenir les services de base comme l’accès à l’eau et à l’électricité. Aujourd’hui, près de 300, 000 personnes vivent dans cette communauté jadis qualifiée de bidonville.

Villa El Salvador est une communauté urbaine autogérée qui se démarque de plusieurs façons. Tout d’abord, l’espace est organisé en groupes résidentiels partageant chacun une place commune, une école, un centre de santé, un terrain de jeu, etc. La place commune, au centre de chaque quartier, est un espace de délibération démocratique qui rassemble quelques centaines de familles. Les groupes résidentiels ont une assemblée générale formée des délégués élus par chaque pâté de maisons. Ensuite, chaque groupe résidentiel est représenté dans la CUAVES, la communauté urbaine autogérée de Villa El Salvador. Les délégués sont responsables des questions de santé, de la condition de la femme, des loisirs, de l'éducation, de la culture et de l’économie. La CUAVES partage le pouvoir et la gestion de la ville avec les élus municipaux, dans une commission mixte.

La vie communautaire s’est développée de façon remarquable, pour répondre aux nombreux besoins des habitants. Plusieurs initiatives d’économie sociale ont porté fruit, et on y trouve des cuisines communautaires, des bibliothèques, des cliniques de santé pour les femmes, des groupes d’épargne, etc. Les citoyens sont impliqués dans différents groupes et participent aux travaux communautaires. Au niveau environnemental, Villa El Salvador se distingue aussi, et il s’agit du seul district de Lima qui traite les eaux usées. Les installations permettent aussi de pratiquer l’élevage et l’agriculture urbaine, malgré le climat désertique de cette région.

 

Références

  • Favreau, L., L. Fréchette, M. Boulianne, S. Van Kemenade. 2002. « Développement local et économie populaire en Amérique Latine : l'expérience de Villa El Salvador » Chaire de recherche du Canada en développement des collectivités. Série Rapport de Recherche no. 1.
  • www.munives.gob.pe
  • www.fepomuves.blogspot.com