ESS Forum International | 23 avril, 2017

Langues

  • English
  • Français
  • Español

Déclaration finale des RMB 2013

aamazit | 17 novembre, 2013

Chamonix-Mont-Blanc, le lundi 11 novembre 2013

DECLARATION FINALE DE LA 6ème EDITION DES RENCONTRES DU MONT-BLANC

 

Quelle est la contribution de l’économie sociale et solidaire (ESS)
dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement / Objectifs du Développement Durable post-2015 ?

 

Du 09 au 11 novembre 2013, le Forum International de Dirigeants de l’Économie Sociale et Solidaire a réuni 350 participants provenant de 45 pays de 5 continents. Ces 6èmes « Rencontres du Mont Blanc » ont travaillé sur le thème suivant : « Changer le cap de la mondialisation avec l'économie sociale et solidaire : vers des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) post-2015 ».

Ces 6èmes Rencontres ont été placées sous le haut patronage de Monsieur François Hollande, Président de la République française, qui a décidé d’engager la France dans la création du comité de pilotage international de l’ESS appelé « leading group » et d'aider à sa reconnaissance par les Nations Unies. Il souhaite également mobiliser d’autres Etats pour atteindre cet objectif.

 La cérémonie d’ouverture a été rehaussée de la présence de :

  • M. Benoît Hamon, Ministre Délégué de France en charge de l’Économie Sociale et Solidaire et de la Consommation,
  • Mme. Doris Josefina Soliz Carrion, Ministre de l’Inclusion Économique et Sociale de l’Équateur,
  • Dr. Nadira EL Guermai, Gouverneur du Ministère de l’Intérieur Marocain, mandatée du cabinet royal et coordinatrice de l’Initiative Nationale du Développement Humain.

Les femmes et les hommes issus de générations différentes, qu’ils soient dirigeants de l’ESS, responsables syndicaux, représentants d’organisations et institutions internationales, praticiens, universitaires, ont activement enrichi la réflexion et proposent de radicalement changer de cap de la mondialisation en privilégiant la réponse aux besoins sociaux des femmes et des hommes de notre monde et en s’inspirant des principes et des pratiques de l’ESS et décident de :

  • Définir des indicateurs communs permettant de mesurer l’impact sociétal des structures de l’ESS;
  • Contribuer aux travaux de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) qui réalise une étude pour mesurer l’impact social des entreprises sociales;
  • Concevoir une cartographie (mapping) des initiatives de l’ESS pour la rendre visible partout dans le monde;
  • Développer des projets transfrontières de réappropriation  des biens communs notamment la réappropriation des terres par les agriculteurs;
  • Amener l’ESS à mieux analyser les besoins et les attentes des peuples;
  • Créer en son sein une réflexion sur les défis du futur;
  • Poursuivre la stratégie d’alliance entre les mouvements de réflexion les « biens communs » et l’ESS;
  • Mobiliser la Taskforce ESS inter-Agences de l’ONU pour faciliter la reconnaissance du « Leading Group ESS » par les Nations Unies;
  • Engager des actions de lobbying pour que,  dans tous les pays, des lois sur l’ESS soient votées et que les indicateurs des entreprises des ESS soient intégrés dans les systèmes nationaux de statistiques;
  • Présenter l’ESS à tous les coordinateurs résidents des Nations Unies;
  • Proposer au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) de dédier un rapport sur le développement humain et ESS;
  • Engager un dialogue avec la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED) sur l’ESS;
  • Poursuivre les liens avec le PNUD, l’Organisation Internationale du Travail (OIT), l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) ;
  • Renforcer les alliances entre les banques coopératives et les nouveaux systèmes de financement (crowdfunding…) pour développer les capacités de financement de l’ESS;
  • Intégrer l’inclusion sociale y compris les femmes et les minorités dans la réflexion sur le Développement durable des Banques nationales et régionales de développement;
  • Amener les organismes publics de financement et les banques régionales à renforcer les capacités des organismes de financement dédiés à l’ESS;
  • Œuvrer pour que soit créé un fond de garantie internationale de l’ESS;
  • Planifier des actions communes avec la Confédération Internationale des syndicats et la Confédération Européenne des Syndicats pour :

    - organiser la transition vers l’économie sociale à vocation écologique,
    - favoriser l’inclusion sociale,
    - mieux utiliser les fonds européens dans la même perspective,
    - mobiliser des fonds communs entre les mouvements syndicaux et les organismes de l’ESS pour financer des actions en faveur de l’égalité de genre;

  • Créer une école mondiale de l’ESS sur le net via les Massive Online Open Course (MOOCs) en partenariat avec l’Académie de l’ESS de Turin, avec l’UNRISD, l’IPD (Institut Panafricain de Développement), etc.;
  • Favoriser la qualité de l’éducation à tous les enfants et adultes dans le monde;
  • Créer des alliances entre l’ESS et les fédérations mondiales des villes et territoires pour que l’ESS soit incluse dans l’agenda de la Troisième conférence des Nations unies sur le logement et le développement urbain durable « Habitat III » ;
  • Organiser des conférences sur l’ESS dans les universités;
  • Concevoir une base de données d’experts volontaires (par exemple Euclid Network Europe) afin de faciliter le partage de bonnes pratiques sur le site web;
  • Contribuer à la création des pôles territoriaux de développement de l’économie sociale et solidaire.

Ainsi, grâce au modèle de l’ESS, le changement de cap de la mondialisation exprimé par les RMB permettra de changer d’échelle dans le cadre de la transformation sociale chère aux acteurs de l’ESS.

Conclusion

Pour agir, il faut réunir, c'est déjà ce que le Forum International des Dirigeants de l'Economie Sociale et Solidaire, Les Rencontres du Mont-Blanc, a fait avec le CIRIEC international en signant cette année un protocole d'accord, c'est ce qu’il a convenu de faire hier avec le Président du RIPESS International pour accroître le poids de l’ESS dans le monde. Les partenariats historiques avec l'Alilance Coopérative Internationale (ACI), l'Association Internationale de la Mutualité (AIM) devant être intensifiés tout comme celui avec le Sommet International des Coopératives.

En effet, plus que jamais,  le Forum International des Dirigeants de l'Economie Sociale et Solidaire veut être cette plate-forme active, constructive et accueillante qui rassemble celles et ceux qui veulent agir ensemble pour promouvoir, renforcer, développer l'ESS au plan international.
 

Télécharger la déclaration finale en PDF